Après la Masterclass orchestrée par le fabuleux réalisateur et scénariste Patrice Leconte juste avant le confinement, L’IDEM Creative Arts School a eu l’immense privilège de collaborer, cette semaine, avec Juliette Binoche dans le cadre d’un projet audiovisuel en partenariat avec le Mémorial du Camps de Rivesaltes. Juliette Binoche figure parmi les actrices françaises les plus chéries du cinéma international et multirécompensée dont l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour le « Patient Anglais » aux côtés de Ralph Fiennes.

La genèse de cette belle rencontre professionnelle

Cette année, le Mémorial du Camps de Rivesaltes avec le soutien de la Région Occitanie, a souhaité confier aux étudiant(e)s de L’IDEM, la réalisation d’un court métrage dans le cadre du Festival des mémoires sur le thème « Je suis jeune et j’ai de la mémoire ». Les étudiant(e)s de L’IDEM en 3e année Audiovisuel ont ainsi choisi d’orienter leur film sur le rôle du cinéma dans la construction de la mémoire et dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Pour parrainer leur film intitulé « Sous les pavés, la plage », ils souhaitaient faire appel à une actrice engagée du cinéma français, au travers la lecture d’un témoignage bouleversant. Celui de Lise Hanau, infirmière internée volontaire au Camp de Rivesaltes en 1942 qui a sauvé de nombreux enfants juifs de la déportation.

Juliette Binoche fait partie de ces femmes qui marquent leur passage au cinéma comme dans ses interviews. En effet, elle ne manque pas une occasion de défendre les causes qui lui tiennent à cœur notamment pour la défense des libertés et la lutte contre les exclusions. Comme une évidence, Juliette Binoche a aussitôt accepté notre invitation pour participer au tournage dans les studios de Cinephase à Vanves ce lundi 9 Novembre 2020.

Un tournage en huit clos avec Juliette Binoche

Crédit photo : Anthony RODRIGUES

Dans ce contexte de confinement actuel, l’équipe de L’IDEM était en effectif réduit pour le tournage sur place mais tous les étudiant(e)s de la section Audiovisuelle ont pu suivre cette belle rencontre à distance en visio. Un tournage en huit clos s’est ainsi déroulé au sein de l’auditorium de Cinephase dans une ambiance intime et feutrée propice à la réflexion et au devoir de mémoire. Un plateau et une séance d’enregistrement en postsynchronisation, préparés avec soin par Orlane RITZENTHALER, Anthony RODRIGUES (tous deux en apprentissage) et Laury MOROSI (en formation professionnelle) sous les regards avisés des enseignants encadrants Bernard GIGLIO, Albert ORIOL et Thierry LE STRAT.

« Bouleversée par le texte de cette infirmière internée volontaire, Juliette BINOCHE n’a pas pu retenir ses larmes au moment de la première lecture. On l’admirait pour ses rôles emblématiques et son impressionnante filmographie mais son enthousiasme pour parrainer notre projet, sa sensibilité face à l’injustice et sa grande générosité face caméra en font une femme et une actrice exceptionnelle dont nous sommes fiers et infiniment reconnaissants. » – Orlane.

Sous les pavés, la plage

Rencontre avec Bernard, Albert, Orlane et Anthony à l’occasion de la diffusion en ligne du court-métrage « Sous les pavés, la plage » lors de la première édition du Festival des Mémoires le 10 Décembre 2020 organisé par le Mémorial du Camps de Rivesaltes.

Orlane RITZENTHALER – Etudiante en 3e année Bachelor Audiovisuel / en apprentissage

« Cette expérience a été un déclic : celui de travailler dans le cinéma car avant je ne savais pas réellement ce que je voulais faire. J’ai souvent refusé le rôle de Réalisatrice dans les projets d’école car je ne me sentais pas encore prête d’avoir des responsabilités, de gérer une équipe ou tout simplement par manque de confiance en moi. Mais finalement je ne regrette pas d’avoir accepté le poste de Réalisatrice au côté d’Anthony ! Etre confronter à la difficulté de monter un projet audiovisuel de cette envergure, de travailler dans des conditions réelles d’une réalisation (et dans un contexte de pandémie), arriver à se mettre d’accord pour trouver un ensemble cohérent, logique et surmonter les contraintes techniques… j’ai adoré ! Cela m’a permis de gagner en confiance et l’envie d’en réaliser plein d’autres ! »

Anthony RODRIGUES – Etudiant en 3e année Bachelor Audiovisuel / en apprentissage

« Ce projet m’a révélé l’importance du travail d’équipe dans l’objectif d’aboutir à notre projet ! Ce travail est le fruit de l’investissement de tous, et j’ai vraiment apprécié le fait que nous avons tous réussis à créer quelque chose d’exceptionnel ! Ce projet restera sans doute dans ma mémoire, comme mon premier projet cinématographique abouti, professionnellement parlant, tout en ayant acquis une grande expérience ! Et cette rencontre avec Juliette Binoche était une chance inouïe car c’est une actrice incroyable, reconnue en France et dans le monde entier, avec une filmographie impressionnante ! Elle est aussi une femme très engagée pour de nombreuses causes. Nous espérons pouvoir toucher un grand nombre de festival pour transmettre ainsi le message du film à un large public ! »

Bernard GIGLIO – Enseignant à L’IDEM Bachelor Audiovisuel

« Nous souhaitions avant tout que ce projet audiovisuel soit un excellent cas pratique pour nos étudiants en Audiovisuel, qu’ils arrivent à travailler en équipe sur un projet réel dans un temps imparti avec des contraintes techniques à respecter. Au travers ce court-métrage nous espérons aussi contribuer à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Le cinéma de nos jours semble principalement faire des films politiquement corrects, avec peu de sujets réellement engagés pour lutter davantage contre ces fléaux. Nous envisageons de soumettre le film à un maximum de festivals étudiants, nous travaillons aussi sur sa diffusion dans les salles de cinéma avant les programmes. »

Albert ORIOL  – Enseignant à L’IDEM Bachelor Audiovisuel

Voir comment les étudiants s’accaparent du sujet et voir comment ils se sont investis, la préparation qu’ils ont menée, la réflexion sur le sujet. Voir aussi le rôle de la création, et se rendre compte qu’elle à été au rendez-vous. C’est aussi très intéressant de voir que toute l’équipe a su surmonter les obstacles et ont su s’adapter tout au long du tournage ! Au départ le film devait s’intituler « Un week-end à la plage ! ». Mais au fur et à mesure de la tournure qu’a pris le film, l’intituler « Sous les pavés, la plage ! » est apparu comme une évidence. Ce titre à une connotation militante, et a un double sens sur le fait qu’au-dessous des pavés se cache la plage, que se cache t’il ensuite sous la plage ? C’est une manière de soulever un grand nombre de sujets qui n’est que peu, ou pas mis en lumière dans le milieu du cinéma. Une diffusion en salle de cinéma avant les films serait un objectif à atteindre. Car le cinéma est un lieu où l’on peut en un temps bref s’exprimer et présenter des réalités avec un public.

Laisser un commentaire

©L'IDEM 2019