Stay Home = Stay Creative !

Tel est le leitmotiv que nous répétons à nos étudiants depuis le premier jour du confinement pour les encourager à poursuivre leurs efforts et à continuer de créer toujours et encore. Une formation à distance qui se prolonge au rythme des cours théoriques mais aussi de nombreux cas pratiques imaginés par nos enseignants qui rivalisent d’inventivité pour garder nos étudiants sur le chemin de la réussite.

Comme tous, nos étudiants ont vu leur quotidien bouleversé du jour au lendemain, mais lorsque l’on est jeune, cette situation peut être difficile à vivre. Selon un sondage OpinionWay pour 20 Minutes, 47 % des jeunes de 18 à 30 ans estiment que leur moral a baissé. « Pas question pour nous de les voir subir ce confinement mais plutôt d’être là pour les stimuler afin qu’ils gardent tout l’enthousiasme et la créativité qui les caractérisent tant. Dans ce contexte, nous faisons parfois, le choix d’intégrer le sujet du confinement dans nos cas pratiques pour leur permettre de s’exprimer librement et partager ainsi leur ressenti. Chaque point de vue est intéressant car singulier et authentique ». Thierry Le Strat – Référent de la Section Audiovisuel.

C’est dans le cadre de leur semaine de production en confinement, que nos étudiants en 2e année audiovisuel (Promotion Varda) ont eu comme objectif de réaliser un exercice pratique à l’issue de leurs cours théoriques consacrés au « cinéma-vérité » dispensés en visioconférence par Bernard Giglio. « En guise d’introduction à leur projet vidéo et afin de permettre à nos étudiants d’agrémenter leur culture cinématographique, trois documentaires ont été soigneusement choisis et étudiés en amont. »

  • Chronique d’un été  d’Edgar Morin et Jean Rouc dont l’une des dimensions essentielles du projet consiste de pouvoir filmer la parole en direct, une approche nouvelle dans les années 60. Les Démons de Ludivine d’Axelle Vinassac  Ludivine et Là où les putains n’existent pas d’Éloïse Becht aka Ovidie. Ces deux derniers documentaires portent sur le même sujet de fond, à savoir cette interrogation sur “ce moment où l’état prend le contrôle de notre vie ?” mais traités différemment par le choix du style de narration : le cinéma direct versus le commentaire en voix-off.  

Le cinéma-vérité ou cinéma direct avec une caméra synchrone qui se promène a pour objectif de saisir la réalité sur le vif, voilà l’exercice de style imposé. Chacun a donc dû “saisir” leur quotidien avec les moyens techniques qu’ils ont à disposition à la maison (smartphone ou caméscope) et interpréter en une minute : leur expérience de vie d’étudiant en confinement. A la différence de l’exercice du journal de bord réalisé par nos étudiants en 1er année, il y a cette fois un parti-pris à défendre en un temps très bref pour raconter leur histoire et partager leurs sentiments tout en veillant à bien faire la différence entre le témoignage et le commentaire.

Pour cet exercice, certains étudiants ont choisi de confier la bande son de leur projet vidéo à leur « binôme » de la section Métiers du son. Une composition à l’image réglée comme du papier à musique pour créer cette véritable alchimie entre image et musique. Au final, une série de vingt épisodes que nous sommes fiers de partager sur notre chaîne Youtube L’iMedia TV.

Et comme nous le dit si bien Agnès Varda dans Leçon de Cinéma / Master Class : “Chaque film est un puzzle, représente-il un film qui a du sens une fois fini ? Tu sais que tu travailles, mais tu ne sais pas vraiment ce que tu construis. Ce que j’aime le plus c’est quand des morceaux du puzzle manquent, aucun documentaire n’a toutes les pièces du puzzle. Certaines pièces, il faut se les inventer, les comprendre ou bien les imaginer… la vérité n’existe pas! ».

Into the House

Retrouvez tous les épisodes sur notre chaîne Youtube : L’Imédia TV  !

#SPLEEN d'Orlane Ritzenthaler

Laisser un commentaire

©L'IDEM 2019